Qu’est ce que le PTSM

 ÉLABORER le diagnostic partagé des P.T.S.M : un enjeu pour les acteurs des territoires

DÉFINITIONS

  • La politique de santé mentale se caractérise par des actions de prévention, de diagnostic, de soins, de réadaptation et de réinsertion sociale. Elle est mise en œuvre par divers acteurs intervenant dans ces domaines, notamment les établissements de santé autorisés en psychiatrie, le médico-social, les médecins libéraux, les psychologues et l’ensemble des acteurs de la prévention, du logement, de l’hébergement et de l’insertion.

  • Le projet territorial de santé mentale (P.T.S.M) a pour objet l’organisation du parcours de santé et de vie de qualité et sans rupture dans le champ de la santé mentale. Il est construit à partir d’un diagnostic territorial partagé élaboré en démarche collaborative par les acteurs intervenant dans ces parcours et mis en œuvre par ceux-ci. Il se traduit par un contrat territorial de santé mentale signé avec le directeur général de l’agence régionale de santé (A.R.S).

PROBLÉMATIQUE/ENJEUX

La loi de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016 définit la politique de santé mentale et introduit des dispositifs pour la décliner sur les territoires, dont le projet territorial de santé mentale. Les acteurs de la santé mentale sont mobilisés pour formaliser ces P.T.S.M, fondés sur un diagnostic territorial partagé. L’A.R.S valide les diagnostics et les P.T.S.M au plus tard en 2020, ceux-ci devant être en phase avec le projet régional de santé (2018-2022). L’enjeu des P.T.S.M réside dans la capacité des acteurs de la santé mentale (professionnels, établissements et usagers) à collaborer pour réaliser le diagnostic partagé puis le projet. Dans une perspective où les A.R.S animent la démarche d’élaboration du P.T.S.M initiée et portée par les acteurs, ce travail se penche sur la mise en œuvre de cette démarche innovante.

EN PRATIQUE

En Bretagne, la pluralité des voix dans la réalisation du diagnostic a été garantie par la désignation d’un binôme chef de projet associant un acteur du sanitaire et un acteur du social ou du médico-social pour coordonner et piloter les travaux. L’A.R.S Bretagne a participé au projet expérimental sur les parcours des personnes en psychiatrie et santé mentale lancé en 2014 par l’agence nationale d’appui à la performance (A.N.A.P.), entamant une approche transversale de la santé mentale dès l’élaboration du P.R.S. 2012-2018. Un cadre d’action partagé a été rédigé, à la suite d’une concertation régionale, établissant les objectifs et la méthodologie pour l’élaboration des P.T.S.M de la région. Il a vocation à être décliné en une convention socle dans chaque territoire, présentée lors d’une réunion de lancement des travaux, animée par l’A.R.S et fixant le cap pour les acteurs de la santé mentale. Un chargé de mission financé par l’A.R.S est placé en appui du projet. Ainsi, les acteurs participent activement au diagnostic. 

 RECOMMANDATIONS

1. Penser les parcours de vie et de santé en santé mentale, en veillant à associer tous les acteurs intervenant dans ces parcours : l’élaboration et la mise en œuvre d’un P.T.S.M vise à organiser la coordination territoriale dans le champ de la santé mentale dans le but

d’améliorer de façon continue l’accès des personnes concernées à des parcours de santé et de vie de qualité́, sécurisés et sans rupture. Pour que le diagnostic territorial soit véritablement partagé et intègre les différents parcours, tous les acteurs, professionnels et établissements, travaillant dans le champ de la santé mentale doivent être associés ou représentés.

2. S’appuyer sur une méthodologie partagée définie en amont, à partir du cadre de référence de l’ANAP : un travail couvrant un large champ et associant un tel nombre d’acteurs nécessite la mise en place d’une méthodologie précise et partagée par tous les acteurs, qui définit les objectifs, les étapes d’élaboration du P.T.S.M, les porteurs et les rôles dévolus à̀ chacun dans ce processus. L’ANAP a édité́ un guide méthodologique de référence, qui sert d’appui dans de nombreux territoires engagés dans le P.T.S.M. Il peut être adapté selon la dynamique de chaque territoire (implication des acteurs, structures motrices de collaboration, spécificités des territoires en termes de santé mentale…).

3.Évaluer le dispositif final pour en faire un outil évolutif au service des usagers : l’élaboration du diagnostic partagé puis du P.T.S.M doit s’inscrire dans la durée, afin de contribuer à l’amélioration permanente de l’offre de services en santé mentale au service des usagers. Pour cela, une évaluation des effets du P.T.S.M ainsi qu’une réévaluation régulière du diagnostic territorial doivent être prévues.

  1.  IDÉES CLÉS À RETENIR

1. Le P.T.S.M, à l’initiative des acteurs du territoire, vise à réorganiser la santé mentale dans une logique de parcours, à partir d’un diagnostic territorial partagé.

2. L’implication et le dialogue entre acteurs, appuyés par les A.R.S, constituent des facteurs clefs de réussite de cette démarche novatrice.

3. Les spécificités locales, la multiplicité des acteurs, et la superposition de découpages territoriaux expliquent en partie la diversité des méthodologies et l’avancée des diagnostics.